LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

La prochaine étape...

Vers 50 nouveaux kilomètres

    Les connexions au réseau existant

    Exemple de saut de mouton à Villers-les-pots

    5 nouveaux raccordements seront nécessaires pour la mise en service de la seconde phase de la branche Est, afin de se relier : 

    • à la première phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône: à Villers-les-Pots (21) et Petit-Croix (90) 

    • au réseau existant :
      - à la ligne Dijon/Dole à Magny sur Tille (21),
      - à la ligne Strasbourg/Mulhouse à Lutterbach (68), et Richwiller (68). 

    Certains de ces raccordements seront de type « saut de mouton ». 

    Un saut-de-mouton est un pont permettant à une voie ferrée d'en croiser une autre, en passant par-dessus ou par-dessous. Les opérations de jonction de la LGV aux lignes existantes classiques et sur la LGV en service demanderont une préparation et un phasage rigoureux.

    Le saviez-vous ?
    En Alsace, les trains ne roulent pas dans le même sens qu’ailleurs en France. En effet, ils circulent sur la voie de droite, héritage de la période de l’occupation allemande. RFF devra donc procéder à l’inversion du sens de circulation dans cette région, par de multiples croisements de voies avant d’insérer la LGV sur la ligne existante.

    Témoignage de Dominique BOTTON – Chargé de projet technique

    « La principale contrainte est de mener les travaux alors que les lignes auxquelles nous nous raccordons sont en exploitation. C’est un peu plus compliqué que pour les travaux de génie civil de la section courante de la ligne nouvelle (située en campagne). D’abord à cause des mesures de sécurité spécifiques qui s’imposent. Ensuite, parce qu’il est impossible modifier le planning de réalisation.
     Pour certaines tâches, nous allons être obligés de demander quelques interruption du trafic sur le réseau 'majoritairement la nuit et le weekend). Comme la ligne Strasbourg/Mulhouse supporte un fort trafic ferroviaire (plus de 100 trains/jour en moyenne), nous sommes obligés de réserver nos créneaux de chantier deux ans à l’avance.
     »