LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Les coulisses d'un chantier

Matériaux

Vue aérienne de la carrière - Aibre

Équilibrer les ressources et les besoins en matériaux tout au long des 140 km du tracé était un défi de taille, compte tenu de la diversité de la nature des sols rencontrés. Si tout est facile quand on se situe dans un environnement calcaire, tout se complique quand on entre dans une zone marneuse. L'un des plus beaux défis relevés avec la LGV Rhin-Rhône consiste à avoir pu valoriser tous les types de matériaux : les plus nobles comme les plus sensibles... 

Pour constituer la plateforme ferroviaire et modeler les terrains pour intégrer la ligne dans les paysages, il aura fallu prélever, déplacer et réutiliser plusieurs millions de m3 de terre, de pierres et de gravats. 
Compte-tenu des enjeux, RFF et ses maîtres d'œuvres ont très tôt bâti un projet dont les grandes masses (volumes de matériaux de déblais et de remblais) s'équilibraient le mieux possible. Pour limiter les mouvements des camions, chaque zone devait pouvoir gérer cet équilibre de façon autonome : un véritable défi au vue des conditions météorologiques particulièrement difficiles rencontrées. 

Tous les besoins en matériaux nobles ne pouvant être couverts par les déblais, RFF a identifié dès 2002 l'insuffisance du marché local des matériaux à couvrir les besoins du au nombre de projets d'infrastructures à réaliser parallèlement à la LGV. 
Pour y remédier, des sites d'emprunt de matériaux rocheux ont été ouverts à proximité immédiate du chantier. Les avantages étaient nombreux : réduction des flux de transports, maitrise du coût des granulats, réduction de l'effet de "mitage" du paysage. Sur les 7 sites potentiels de carrières étudiés, 4 ont finalement été ouverts. C'est ainsi plus de 5,5 millions de tonnes de matériaux qui ont été transportés grâce à des pistes construites sur tout le linéaire du chantier. Le complément ayant été extrait des carrières régionales proches. 

Zoom sur les matériaux de la plateforme ferroviaire

Pour s’adapter à la nature des différents terrains, la plate-forme est constituée de nombreuses couches de matériaux, d’épaisseur et de granulométrie (le diamètre des granulats qui les composent) différentes selon que l’on est en zone humide ou en zone inondable : 

  • une couche inferieure, constituée de matériaux nobles de très bonne qualité dont l’épaisseur varie de 50 cm (zone humide) à 2,5 m (zone inondable) pour se prémunir des effets de l’eau ; 
  • un corps de remblai constitué en général de matériaux issus des déblais ; 
  • une couche de forme de 30 à 50 cm d’épaisseur constituée de matériaux nobles ; 
  • une sous-couche de 20 à 35 cm d’épaisseur ; 
  • une couche de ballast de 30 à 40 cm d’épaisseur sur laquelle seront posées les voies ferrées (traverses et rails).