LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Laurent Chapelain - Chargé de sécurité pour le groupement C2R

Le groupement C2R a mobilisé quelque 650 personnes sur le chantier. Quelles ont été les actions de prévention mises en œuvre par votre entreprise ? 
Chaque mois, notre service prévention publiait un petit document pour réaliser les quarts d’heure sécurité sur le chantier. Cela traitait des risques ferroviaires et routiers, du respect des consignes de sécurité, de la fatigue, des comportements à adopter pour éviter les accidents... 

Combien de quarts d’heure sécurité avez-vous organisé ? 
Environ 500 sur la totalité du projet, avec 25 livrets « quarts d’heure sécurité » édités. 

Quelles sont les spécificités de ces chantiers d’équipements ferroviaires ?
Principalement le risque ferroviaire. Il fallait parfaitement localiser les chantiers et parallèlement s’assurer qu’aucun train-travaux ne circulait là où les équipes travaillaient. Nous y sommes parvenus en planifiant systématiquement les travaux des différents chantiers élémentaires. Nous nous sommes appuyés sur un dispositif informatique spécifique adapté pour localiser avec précision la position des convois ferroviaires. 

Quels types d’accidents avez-vous observés ? 
Essentiellement des chutes, de plain-pied, des doigts pincés, quelques fractures et des maux de dos mais heureusement pas de gros pépins. Sachant que nous avons également axé notre travail sur tout ce qui était travaux en hauteur, notamment la pose de caténaires. Nous avons fait évoluer l’intégralité de notre matériel afin d’éviter que nos agents ne soient exposés aux chutes de hauteur.