LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Bernard Boulanger - représentant de l'Office National de l'eau et des milieux aquatiques pour le Territoire de Belfort

Représentant de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques pour le Territoire de Belfort. Vos impressions ? 
C’était très constructif. Des rencontres fréquentes sur le terrain ont permis de concilier au mieux les contraintes et les exigences écologiques. L’administration avait de fortes exigences d’autant plus que deux rivières et une demi-douzaine de ruisseaux ont été franchis sur vingt kilomètres seulement. 

Un exemple ? 
Pour le ruisseau de la Prelle, un ouvrage très largement dimensionné devait être réalisé. RFF avait prévu d’en faciliter encore le franchissement par les poissons en installant un système de cellules photovoltaïques éclairant l’intérieur. Une fois l’aménagement écologique du nouveau lit réalisé, lors d’une visite de contrôle, il a été convenu que le projet pouvait être abandonné car la luminosité était suffisante. 

Quant à la faune aquatique ? 
Des pêches électriques et un inventaire des petits invertébrés aquatiques ont été pratiqués pour apprécier avant et après travaux la nature du peuplement et la qualité des ruisseaux concernés. 

D’autres réalisations ?
Oui. Comme l’aménagement de mares, la création de fossés et de bassins tampons pour éviter les descentes de boues dans les cours d’eau. Bref, ça s’est très bien passé. RFF a fait preuve d’une réactivité et d’une écoute de qualité. Ils ont vraiment joué le jeu dans la phase travaux. L’essai doit maintenant être confirmé sur la question des mesures compensatoires où j’interviens là aussi aux côtés des services de police de l’eau.