LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Roland Scattolin - Ingénieur-conseil, Responsable du département BTP à la CARSAT

Quels étaient pour vous les principaux enjeux de ce chantier LGV ? 
La difficulté majeure pour faire évoluer la sécurité dans le BTP, c’est qu’il faut impérativement sortir des idées préconçues et des habitudes de fonctionnement pour remobiliser collectivement les intervenants dans le passage à l’action. La sécurité n’existe réellement que si elle est partagée par l’ensemble des acteurs de la construction. L’implication et l’engagement des maîtres d’ouvrage restent incontournables pour déployer ce type d’actions. RFF s’est lancé de manière innovante dans cette nouvelle approche afin d’intégrer la prévention dès le début de l’opération. 

Justement, en quoi la charte sécurité édictée a-t-elle innové ? 
Voilà plus de vingt ans que nous œuvrons en faveur de ce type de démarche et jusqu’alors très peu de maîtres d’ouvrage nous avaient suivis. Sur un chantier de cette ampleur, nous ne nous attendions pas à rencontrer une écoute d’une telle qualité. D’autant que les résultats sont là. 

Quels exemples vous viennent à l’esprit ? 
En Bourgogne et en Franche-Comté, nous comptabilisions beaucoup d’accidents graves et mortels liés aux manœuvres des engins, le fait d’imposer dans les pièces écrites du marché des caméras de recul pour réduire ces risques d’écrasement a été une réussite. 

Quels enseignements en tirez-vous ? 
Que quand un maître d’ouvrage a la volonté en amont de faire de la sécurité sa priorité numéro 1 sur un chantier, c’est possible.