LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Daniel Legain - Chargé de sécurité pour Vinci Construction terrassement sur le chantier de génie civil

Qu’est-ce qui a été le plus difficile ? 
Faire comprendre la nécessité du respect des consignes de sécurité à l’ensemble des intervenants. Surtout aux sous-traitants qui n’ont pas forcément la même politique et qui devaient impérativement s’adapter aux règles de la charte sécurité de RFF ainsi qu’aux règles de notre groupement d’entreprises. 

Étiez-vous un interlocuteur privilégié des salariés ? 
Oui, sachant qu’il m’est arrivé d’avoir plus de 500 personnes en simultané sur le chantier. J’ai essayé de faire primer mon rôle de prévention sur la répression. 

Vous considériez-vous comme leur porte-parole au CISSCT ? 
Certes, même s’ils y étaient souvent représentés par des délégués du personnel habitués à relayer leurs points de vue. 

Quels échanges aviez-vous avec le CHSCT ? 
Nous avons travaillé en collaboration. Nos objectifs étant les mêmes, nous avons cherché, au cours de nos réunions mensuelles, à trouver et à apporter des solutions en termes de sécurité et d’amélioration des conditions de travail. Nous avons mis en place les dispositifs prévus au Plan Général de Coordination, tel que les caméras de recul que nous avons généralisées à la quasi totalité de notre parc de matériel. Un gros progrès dont le point de départ a été cette LGV. 

Que retenez-vous de ce chantier ? 
Une formidable aventure humaine. Les plus beaux moments étant les tables rondes où tout le monde discutait sur un pied d’égalité. C’est essentiel de ne pas être un numéro, d’avoir de la reconnaissance et de la consi- dération. Ça soude et ça permet d’avancer.