LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Ralph Jeser - Lieutenant-colonel, Chef d’état-major du SDIS 25

Vous avez piloté les réflexions sur la stratégie de sécurisation du chantier. En quoi a consisté ce travail ? 
Les travaux se déroulant en pleine nature, il s’agissait de bien définir les modes d’accès au chantier, les points de rendez-vous et les procédures de prise en charge des victimes le cas échéant. Nous avons développé exactement la même stratégie que sur les chantiers autoroutiers. Cela nous a permis de bien connaître le tracé de la ligne et ses caractéristiques, ce qui nous a servi pour l’après. 

À savoir ? 
Il a ensuite fallu définir le dispositif de sécurisation de la ligne en cours d’exploi- tation. L’originalité de notre démarche a été de créer un groupe de travail régional intégrant les quatre SDIS concernés pour définir une doctrine d’intervention complète adaptée à l’intervention sur une LGV dans le cadre d’un accident ferroviaire avec une stratégie conjointe et des équipements spécifiques et mutualisés. 

C’est opérationnel ? 
Parfaitement. Et notre doctrine va maintenant servir de référence en matière de secours ferroviaires pour toute la zone est. Les exercices nous ont permis de valider nos concepts ainsi que les moyens spécifiques élaborés, comme les lorries motorisées qui permettent d’apporter plus facilement du matériel et d’évacuer des victimes. Un système innovant et perfor- mant qui a été développé par une entreprise locale dont le patron est l’un de nos officiers de sapeurs-pompiers volontaires !