LGV Rhin Rhône - branche est
int-trou-int  

Rff vous répond

Paroles d'expert

Jo Spiegel - Président du Réseau métropolitain Rhin-Rhône

Que représente l’espace métropolitain Rhin-Rhône et quelles sont les grandes lignes du projet ?
La Métropole Rhin-Rhône est née de la perspective de la mise en service de la LGV Rhin-Rhône fin 2011. Cet archipel d’agglomérations de tailles moyennes (100 à 250 000 habitants) a sou- haité passer d’une culture de concurrence territoriale à une logique de collaboration. Dans le processus de métropolisation en cours en France et en Europe, l’enjeu était évident : nous réunir pour constituer un ensemble de 2 millions d’habitants, unis par un destin commun ; constituer une unité, identifiable, par l’addition de nos atouts et de nos talents, capable d’être visible et attractive.

En quoi la LGV peut-elle participer à la structuration de la Métropole Rhin-Rhône ?
La LGV Rhin-Rhône est la colonne vertébrale de la Métropole Rhin-Rhône. Elle est une révolution dans le rapport au temps et à l’espace entre nos agglomérations. Elle nous mettra à quelques dizaines de minutes les unes des autres. De plus, elle a conduit les trois régions Alsace, Bourgogne et Franche-Comté à définir de nouveaux schémas de cadencements TER. Pour les entreprises, pour les étudiants, pour les visiteurs ou pour des consommateurs, c’est une révolution.

À quelles conditions les agglomérations de la Métropole tireront-elles le meilleur bénéfice de cette infrastructure de transport ?
Entre nos douze agglomérations, le bénéfice passe d’abord par un travail quotidien sur l’évolution des comportements. Ces choses-là ne se décrètent pas, mais s’accompagnent de multiples initiatives incitant à mieux exploiter le potentiel de 2 millions d’habitants que nous constituons. Concernant le bénéfice de la LGV vis-à-vis des grandes métropoles qui nous entourent, chaque agglomération organise avec sa région, son département, des stratégies d’appel. À l’échelle de la Métropole Rhin-Rhône, nous avons souhaité nous placer en complément de ces diverses politiques. Aujourd’hui, nos deux priorités sont les investisseurs et les touristes. Nous avons 6 pôles de compétitivité, 6 universités, 90 000 étudiants, plus de 15 000 chercheurs, des entre- prises leaders en Europe et dans le monde. C’est cela que nous valorisons.